Animateur en Gérontologie : une reconversion professionnelle

Cette année, la promotion  Animateur en Gérontologie est exclusivement féminine. Elles sont 9 dans la promotion. 4 d’entre elles sont en reconversion professionnelle. Elles ont accepté de répondre à quelques questions.
De gauche à droite sur la photo, il s’agit d’Angélina, Géraldine, Nadège et Nathalie.

Tout d’abord, quels étaient vos métiers respectifs avant d’entreprendre cette formation d’Animateur en Gérontologie ?

Angélina – Avant, j’ai travaillé pendant 18 ans dans la restauration et j’ai été licenciée l’année dernière.
Géraldine – Pour ma part, j’ai travaillé durant 17 ans chez Super U dans le rayon textile.
Nadège – J’ai été pendant 20 ans audit comptable.
Nathalie – J’ai travaillé en tant que responsable des relations internationales pendant 25 ans.

Par la suite, pourquoi avez-vous souhaité travailler dans l’animation auprès du public des personnes âgées ?

Angélina – C’était une évidence pour moi. En effet, j’ai été plusieurs fois bénévole. J’ai eu aussi de l’expérience avec une personne âgée de ma famille que j’ai accompagné jusqu’à sa mort. En ce qui concerne l’animation, je pratique personnellement par exemple j’organise des ateliers de scrapbooking. J’ai même une pièce réservée à ça chez moi !
Géraldine – Ce qui me plaît dans cette nouvelle fonction c’est l’échange et la discussion avec ces personnes qui ont un vécu, de l’expérience et tant de choses à raconter et à transmettre. Nadège – Je me retrouve dans ce que dit Géraldine. Nous sommes dans l’empathie. J’ai aussi eu l’envie de retrouver une utilité sociale que je n’avais pas dans mon ancienne profession.
Nathalie – Je souhaite travailler auprès de personnes âgées parce que c’est un public que je connais bien, notamment dans mon entourage.

Pourquoi souhaitez-vous vous reconvertir ?

Angélina – C’est un changement personnel. Mon licenciement m’a permis de rebondir. C’était l’occasion, c’était maintenant qu’il fallait que je me lance et que je trouve un métier qui me donne envie, dans lequel je vais pouvoir m’épanouir.
Géraldine – Je me lassais dans mon ancien travail. Mon rayon textile diminuait de plus en plus et donc ne me donnait donc plus envie de m’investir. Comme Angélina, c’était pour moi le bon moment. J’ai alors démissionné.
Nadège – Tout comme Géraldine, je commençais à me lasser. Il n’y avait pas de construction personnelle, beaucoup de stress. J’ai ressenti eu une perte de sens du service client. Aussi, je me suis posée et j’ai eu envie de me lancer ce défi pour me prouver aussi à moi-même que j’en suis capable.
Nathalie – J’ai beaucoup voyagé avec mon ancien métier et je n’en avais plus envie. J’ai alors fait un bilan de compétences. J’avais besoin de trouver un métier qui donne un sens à ma vie et dont l’utilité m’est nécéssaire.

Par ailleurs, appréhendez-vous la formation ?

Angélina – Oh oui ! Il faut savoir tout remettre en cause. C’est une reprise d’étude, il m’aura fallu du courage pour me lancer. Quoi qu’il en soit je n’aurais aucun regret.
Géraldine – Bien sûr. J’ai peur de ne pas être à la hauteur, j’essaie de m’encourager en me disant que j’ai ma place ici, et que je peux y arriver.
Nadège – Pour ma part, je suis plutôt confiante. J’ai envie de prendre du plaisir. Bien entendu, il y aura du stress mais ça va le faire !

Où êtes-vous en stage ? Avez-vous une anecdote à raconter sur cette première semaine ?

Angélina – Je suis à Saint-Joseph sur Arthon-en-Retz, dans la résidence de jour dans la section Alzheimer. Je m’y sens bien, je suis dans mon élément.
Géraldine – Je suis à Rezé Séniors. C’est une association qui propose des activités aux personnes âgées qui vivent toujours chez elles.
Nadège – Je suis à l’EHPAD l’accueil de la côte de Jade à la Plaine-sur-Mer. La semaine dernière, j’ai vécu un moment fort. Nous avons fêté les 100 ans d’une des résidentes. C’était un chouette moment entouré de sa famille.
Nathalie – Je travaille à l’EHPAD résidence du Moulin Soline. Le premier jour de mon stage, nous avons fait 200 crêpes à deux.

Pour finir, pourquoi avez-vous choisi la MFR de Saint-Père-en-Retz pour cette formation ?

Angélina – J’ai choisi ce centre de formation parce qu’elle se trouve près de chez moi.
Géraldine – À la MFR on parle de « Formation pour adultes ». Ce terme me parlait bien. L’accueil que j’ai eu était simple et plaisant. Il n’y avait pas de jugement, on nous encourage beaucoup.
Nadège – J’ai réfléchi à faire un BPJEPS. Le problème que j’ai rencontré est que cette formation propose des animations à de trop larges publics. La MFR me correspondait plus. J’aime cette force de réseau que nous avons déjà avec les anciennes.
Nathalie – J’habitais il y a encore quelques semaines à Dijon. De base, je suis originaire d’Anjou. J’ai souhaité me réimplanter dans ma région natale et monter ici mon réseau. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers la MFR.
Enfin souhaitons à ces 4 futures Animatrices en Gérontologie le meilleur pour cette belle année !